Les différents formats de QCM

Information

  • Auteurs : Philippe Dessus, LaRAC & Inspé, Univ. Grenoble Alpes. Le quizz a été réalisé par Émilie Besse, projet ReFlexPro.
  • Date de création : Septembre 2015.
  • Date de modification : 11 octobre 2019.
  • Statut : Terminé.
  • Résumé : Ce document décrit les différents formats de questionnaires à choix multiple (QCM).
  • Licence : Document placé sous licence Creative Commons : BY-NC-SA.

Introduction

Cette section présente les principaux formats de QCM et la manière de les utiliser, du plus simple au plus complexe. Dans une évaluation ou un entraînement, il est bien sûr toujours possible de mixer l’une ou l’autre de ces formes de QCM avec des réponses construites (texte libre), qui seront lues et éventuellement évaluées par l’enseignant.

Présentation des formats

Question Vrai-Faux

La capitale de l’Uruguay est Montevideo. Vrai ou Faux (entourer la bonne réponse).

Choix alternatif

Quel est la réponse parmi les deux suivantes qui ralentit le plus efficacement le processus de respiration des plantes ?

    1. Temps froid
    1. Temps orageux

Vrai-Faux multiple

Vous êtes un fermier expert en matière organique. Vous connaissez les secrets pour faire pousser les plantes. Quels sont les réponses, parmi les suivantes, qui décrivent vos tours de main ? (cocher A si vrai, B si faux).

  1. Lorsque vous plantez des haricots, vous le faites dans un endroit bien ombragé, afin qu’ils reçoivent peu ou pas de lumière.
  2. Lorsque vous semez vos graines, vous les arrosez et vous assurez que le sol reste humide.
  3. Vous plantez vos graines uniquement quand la température est appropriée.
  4. Pour favoriser la pollinisation, vous répandez de l’insecticide sur vos cultures pour éloigner les abeilles et autres insectes.

Les formats vrai/faux (simples ou multiples) et choix alternatif doivent contenir des réponses indubitablement vraies ou fausses, ce qui n’est pas toujours si aisé que cela à formuler (les réponses ne doivent pas être liées à des opinions, mais doivent être trouvées dans des sources fiables). Elles ne doivent pas non plus tester des faits de bas niveau, de type “trivial pursuit”, qu’il est aisé de trouver par une simple recherche sur internet [Shermis & J, 2011].

De plus, ils procurent des évaluations moins fiables que les QCM, car un élève peut tout à fait savoir qu’un fait est faux sans nécessairement connaître la bonne réponse [Piontek, 2008]. Les CM contiennent à chaque fois la bonne réponse, entre plusieurs fausses, ce qui diminue la possibilité de deviner la bonne réponse, le nombre de réponses fausses proposées étant plus important que dans les formats vrai/faux. Bien sûr, le fait qu’on ait 50 % de chances de trouver la bonne réponse en la sélectionnant au hasard est un inconvénient supplémentaire.

Choix multiple conventionnel

Choisir la réponse qui décrit le plus clairement le processus de polinisation.

  1. La rencontre d’une cellule œuf et d’une cellule spermatozoïde.
  2. Le transfert de graines de pollen dans le pistil.
  3. De la nourriture est consommée et de l’énergie est délivrée.

Appariement

Apparier chaque terme de droite avec sa description de la colonne de gauche.

  1. Attire les abeilles
  1. Graines de pollen
  1. Produit les graines de pollen
  1. Pétales
  1. Abrite les cellules œuf
  1. Fleur
  1. Les graines formées
  1. Etamine
  1. Contient l’ovaire
  1. Ovaire
 
  1. Pistil

Il faut noter que les logiciels de création de QCM ne réalisent pas tous ce format.

Choix multiple complexe

  • Parmi les réponses suivantes, lesquels sont des fruits ? Cochez la bonne réponse (lettre). 1. Tomate ; 2. Tomatille ; 3. Piment habanero.

      1. 1 & 2
      1. 2 & 3
      1. 1 & 3
      1. 1, 2, & 3

QCM dépendants du contexte

Imaginez que vous êtes un délégué de l’Etat du Massachusetts à la convention. Vous avez été autorisé à voter au nom de votre Etat à propos d’un projet d’aménagement des sols.

  • Q1. Vous approuveriez sans doute :

      1. Le plan du New Jersey.
      1. Le plan de la Virginie.
  • Q2. En lien avec votre expérience acquise dans le traitement des dossiers, vous pensez :

      1. que les fermiers n’ont pas à répercuter la charge des taxes aux gens de la ville.
      1. que les indiens (américains natifs) ont à être pris en compte dans l’imposition.

Certains formats de QCM favorisent un peu mieux que les précédents la réflexion des apprenants. En voici une description. Différentes formes plus évoluées de QCM ont été proposées, en voici une recension (tirée de [Liu et al., 2011][Briggs et al., 2006]).

Les questions multiples ordonnées

Ces questionnaires se fondent sur une analyse a priori des connaissances et raisonnements des élèves à propos d’un domaine [Briggs et al., 2006]. Pour concevoir de tels questionnaires, il est nécessaire, pour un domaine de connaissances donné, de déterminer par quelles conceptions les élèves passent, de les ordonner par niveau (du plus erroné au plus proche de la connaissance scientifique établie), et aussi de repérer, par niveau, les représentations erronées les plus courantes. Dans ce cas, il est possible de noter certaines réponses partiellement erronées par des scores intermédiaires (p. ex., 0,5).

Une fois ces différents points établis, il est possible de réaliser des items où chaque réponse est ordonnée par niveau de conception (les réponses erronées pouvant servir de distracteur). Voici un exemple tiré de [Briggs et al., 2006] p. 43.

  • Amorce. Il fait plus froid la nuit parce que :

      1. La Terre est à son point le plus éloigné de son orbite autour du Soleil (Niveau 3).
      1. Le Soleil a voyagé de l’autre côté de la Terre (Niveau 2).
      1. Le Soleil est en dessous de la Terre et la Lune n’émet pas autant de chaleur que le Soleil (Niveau 1).
      1. La zone où il fait nuit sur Terre a tourné par rapport au Soleil (Niveau 4).

Les questionnaires à deux étapes

Le principe de ces questionnaires à deux étapes (two-tier MCQ) est de permettre à l’apprenant de raisonner en deux étapes successives pour chaque question posée [Briggs et al., 2006]. La première question est plus factuelle, alors que la seconde amène l’apprenant à réfléchir aux raisons qui l’amènent à avoir sélectionné la réponse de la première étape. Bien sûr, les deux étapes doivent contenir des distrateurs plausibles. Certains appellent ces questions à deux étapes des explications à choix multiple [Liu et al., 2011].

  1. Un item d’une question à réponses multiples (ou vrai/faux) est posé à l’apprenant, qui sélectionne la réponse lui paraissant appropriée.
  2. Un deuxième item d’une question à réponses multiples (ou vrai/faux) suit le premier, formulant différents raisonnements pouvant avoir conduit à la réponse à l’item précédent.

Voici un exemple d’item [Cullinane & Liston, 2011] (la première étape est ici une question vrai/faux mais peut tout à fait être une question à choix multiple, la bonne réponse est en gras) :

Q1. L’eau a une fonction essentielle dans la photosynthèse... :

a. Vrai b. Faux

Q2. ... Parce que sa fonction :

  1. est de se combiner avec l’oxygène
  2. est d’absorber l’énergie lumineuse
  3. ne joue aucun rôle dans le processus de photosynthèse
  4. est de transporter des ions H+ dans les réactions indépendantes de la lumière

e. est de procurer de l’oxygène pour des réactions indépendantes de la lumière f. est de fournir des électrons dans les réactions dépendantes de la lumière

Les questions assertion-raison

Les ARQ (assertion-reason questions, questions Assertion-Raison) sont une autre formulation des questionnaires à deux étapes précédents, avec un format vrai/faux. Ce type de questionnaire est censé impliquer l’apprenant dans des activités de plus haut niveau. Williams [Williams, 2006] en décrit la construction de la manière suivante (voir aussi le site http://www.caacentre.ac.uk/resources/objective_tests/assertion.shtml).

La question, comme précédemment, est en deux volets : une assertion et une raison, et l’apprenant doit déterminer, dans un premier temps si chacune des deux est vraie ou fausse. Dans le cas où les deux sont vraies (et seulement dans ce cas-là), l’apprenant détermine ensuite (en répondant à une deuxième question), si la raison donnée est bien une explication correcte de l’assertion. Ce type d’items est assez difficile à réaliser, notamment des situations où la réponse d. est possible (A faux et R vrai).

Pour chaque couple d’assertion-raison, cela fait donc 5 réponses possibles (A est l’assertion, R la raison) :

  1. A et R sont vraies et R est l’explication correcte de A ;
  2. A et R sont vraies et R n’est pas l’explication correcte de A ;
  3. A est vraie et R est fausse ;
  4. A est fausse et R est vraie ;
  5. A et R sont fausses.

Voici un exemple d’assertion-raison et la réponse :

Tableau 4 – Un exemple de question Assertion-Raison et sa solution.

Assertion Raison
Les responsables de la centrale de Tchernobyl ont réalisé un exercice pour prouver qu’on pouvait relancer la centrale avec des générateurs diesel à la suite d’une panne totale du réseau électrique, ce qui a déclenché la catastrophe. Le réacteur s’est trouvé en sous-puissance un bref temps et dans une grande instabilité, ce qui a provoqué une explosion. Il aurait dû être refroidi plusieurs jours pour que l’iode et le xénon se désintègrent.

Réponse : Assertion : Vraie ; Réponse : Vraie ; la Réponse est l’explication de l’Assertion (soit le choix a). Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Catastrophe_de_Tchernobyl (accédée le 7 avril 2011).

Quizz

Question 1. Que signifie ARQ ?

Question 2. Selon ce document, quel est le format de question le plus simple ?

Question 3. À quoi correspond le format “”choix alternatif”” ?

Pour aller plus loin

  • Construire sur papier un item de test de type assertion-raison.
  • Il existe deux bonnes synthèses accessibles sur internet sur les possibilités d’informatiser un QCM à des fins éducatives : Bravard (2005), et Seyve et Grépilloux (2004).

Références

[Briggs et al., 2006](1, 2, 3, 4) Briggs, D. C., Alonzo, A. C., Schwab, C., & Wilson, M. (2006). Diagnostic assessment with ordered multiple-choice items. Educational Assessment, 11(1), pp. 33–63.
[Cullinane & Liston, 2011]Cullinane, A., & Liston, M. (2011). Two-tier multiple choice questions (MCQs): How effective are they: A pre-service teachers’ perspective.
[Liu et al., 2011](1, 2) Liu, O. L., Lee, H.-S., & Linn, M. C. (2011). An investigation of explanation multiple-choice items in science assessment. Educational Assessment, 16(3), pp. 164–184.
[Piontek, 2008]Piontek, M. E. (2008). Best practices for designing and grading exams. Univ. of Michigan, CRLT, Report No. 24.
[Shermis & J, 2011]Shermis, M. D., & J., D. V. F. (2011). Classroom assessment in action. Lanham: Rowman & Littlefield.
[Williams, 2006]Williams, J. B. (2006). Assertion-reason multiple-choice testing as a tool for deep learning: a qualitative analysis. Assessment & Evaluation in Higher Education, 31(3), pp. 287–301.