Description du Classroom Assessment Scoring System

Information

Structure et processus dans l’école

La conception du CLASS (Classroom Assessment Scoring System) part du principe que deux types d’éléments peuvent influer sur l’apprentissage des élèves. Le premier type d’éléments est organisationnel, structurel, comprenant des éléments souvent décidés ou présents a priori (type d’organisation, type de pédagogie, type de recrutement ou de formation des enseignants, présence de tels ou tels matériels, programmes, etc.). Ces éléments peuvent changer, mais de manière plus réduite que les seconds, et leur variabilité interécoles ou établissements d’un pays est souvent moindre.

Le second type d’éléments est de processus. Ils sont liés à la manière dont se passent les relations entre les différents acteurs (élèves, enseignants, parents, etc.). Il est aisé de comprendre que le premier type influe sur le deuxième, et que les deux influent sur le développement et l’apprentissage des élèves (voir Figure 1 ci-dessous).

Des recherches [HPD+13] montrent qu’une part importante de la réussite scolaire des élèves est expliquée au niveau des classes (env. 20 % de la variance totale) et que des changements de trajectoire (positifs ou négatifs) sont expliqués par l’expérience des élèves dans les classes. Arriver à comprendre et expliquer l’expérience scolaire des élèves au quotidien est donc un enjeu important.

Le propos de CLASS est de décrire et prescrire uniquement la part du deuxième type. Ainsi, on s’intéresse aux processus de classe proximaux (i.e, centrés sur l’expérience de l’élève) plutôt que distaux (centrés expérience de l’enseignant). En effet, dans les écoles occidentales, la part du matériel et du curriculum (les aspects structurels et organisationnels) est assez peu variable et de plutôt bon niveau (voir [Duf10] pour une démarche d’évaluation quantitative de l’enseignement dans les pays en voie de développement). En revanche, ce que les enseignants font avec le matériel et comment ils enseignent le curriculum (les aspects de processus) sont plus variables. L’autre principe est de parvenir à décrire le “climat moyen” auquel est confronté un élève de la classe.

Figure 1 - L’influence de quelques variables sur l’apprentissage et le développement des élèves.

digraph flux {
        size="7.75,10.25"
        node [shape=box];
        S [label="Structure : quoi ?, qui ?, où ? (Ecoles, Objectifs, Matériel, Formation)"];
        P [label="Processus : comment ? (Relations, Interactions sociales & académiques)"];
        D [label="Développement de l'enfant et des apprentissages"];
        S -> P;
        S -> D;
        P -> D;
        {rank = same; S P }
}

Le CLASS est une maison

La métaphore de la maison (élaborée par Teresa Bockes) convient bien pour détailler la structure du CLASS. Construire des relations enseignant-élèves efficaces et durables peut se voir comme la construction d’une maison. Bien évidemment, il faut considérer cette métaphore avec précaution, et l’ordre de construction n’est pas nécessairement celui de la construction effective des relations.

Tout d’abord, cette construction passe par les fondations. On ne peut construire une maison sans de solides fondations et, en parallèle, on ne peut construire des relations productives et efficaces sans une connexion émotionnelle avec les élèves. Ces fondations concernent donc le premier domaine du CLASS, le soutien émotionnel, détaillé plus bas. Ces fondations émotionnelles, contrairement aux fondations d’une maison, dont on ne s’occupe en général plus, doivent être cultivées tout au long de l’année.

Une fois que de solides fondations existent, il est possible de s’intéresser à la structure de la maison : ses murs. Il est donc difficile de penser qu’un apprentissage efficace aura lieu sans une structuration claire et précise d’un deuxième type d’événements : l’organisation de la classe, qui procurent aux élèves des limites, mais aussi des guides à leur comportement. Sans des “murs” solides, les deux autres dimensions (émotionnelles et d’apprentissage) auront du mal à s’établir.

Enfin, sur ces murs qui eux-mêmes s’appuient sur les fondations, peut se construire le toit, soit l’apprentissage des élèves, qui est le troisième domaine : le soutien à l’apprentissage.

La métaphore ne peut se filer jusqu’au bout : l’ordre de construction de la maison – qui d’ailleurs peut différer (on peut construire le toit avant les murs) n’est pas un ordre prescrit pour les relations enseignant-élèves, et qu’améliorer intentionnellement un domaine peut amener des améliorations dans les deux autres. Le point le plus important à comprendre ici est justement cette interconnexion entre domaines. Détaillons maintenant la composition de ces trois domaines, peuplés de dix dimensions plus précises (du moins pour les versions Pre-K et K-3).

Exposé des trois domaines du CLASS

Ce Document ne peut détailler toutes les dimensions et indicateurs du CLASS (voir [ECI11] pour un exposé complet des indicateurs comportementaux observés). CLASS a fait l’objet d’une revue de la littérature importante que nous ne pouvons détailler ici, et qui a amené à déterminer trois domaines principaux liés au relationnel. Il serait trop long de détailler tous ces éléments, mais en voici un bref exposé (issu de [PLPH08]) :

Figure 2 - Les trois grands domaines du CLASS.

graph domaines {
        node [shape=box];
        I [label="Qualité des interactions en classe"];
        SE [label="Soutien émotionnel"];
        O [label="Organisation de la classe"];
        SA [label="Soutien à l'apprentissage"];
        I -- SE ;
        I -- O ;
        I -- SA ;
        {rank = same; SE O SA }
}
  • le Soutien émotionnel : Il a été montré que les élèves qui ont un comportement social et émotionnel de bon niveau (e.g., motivation, auto-régulation, sociabilité) ont des chances de réussite scolaire plus importantes que ceux qui n’en ont pas. Lorsque les élèves d’une classe travaillent dans un climat social et affectif positif et rassurant, lorsque l’enseignant est attentif à eux sur ces plans, et lorsque l’autonomie des élèves est favorisée, il apparaît que le développement et l’apprentissage des élèves sont favorisés. Les enseignants centrés sur les besoins émotionnels de leurs élèves sont capbles de détecter des incompréhensions, des situations où un élève donné n’est pas à l’aise, et modifier leur enseignement en conséquence. Voir plus de détails dans le Document CLASS : Le Soutien émotionnel.
  • l’Organisation de la classe : Il a été montré que les classes qui ont un bon niveau d’organisation et de régulation du comportement des élèves (à la fois physique et attentionnel), du temps, et du matériel, promouvaient la réussite des élèves, surtout celle des plus faibles. Lorsque les élèves ont un comportement correctement régulé, travaillent dans le respect des routines établies, qu’ils connaissent bien, et que le matériel d’apprentissage procuré est adéquat, il apparaît le développement et l’apprentissage des élèves sont favorisés. Des recherches montrent, par exemple, qu’en maternelle aux États-Unis les élèves peuvent passer jusqu’à 42 % du temps scolaire à ne rien faire de particulier, ce qui est bien sûr délétère pour les apprentissages. Voir plus de détails dans le Document CLASS : L’Organisation de la classe.
  • le Soutien à l’apprentissage : Il a été montré qu’une aide efficace à l’apprentissage ne pouvait pas être de s’assurer que des faits indépendants les uns des autres étaient appris (par cœur), mais qu’il était important de s’assurer que les informations apprises étaient interconnectées les unes aux autres, et aux connaissances antérieures des élèves. Développer des habiletés métacognitives, procurer aux élèves des rétroactions appropriées, mais aussi une exposition et aide langagières de bon niveau. Voir plus de détails dans le Document CLASS : Le Soutien à l’apprentissage. Détaillons maintenant, par domaine, les principales dimensions du CLASS.

Exposé des dimensions

Il est à noter que, selon les niveaux de classe, les dimensions peuvent différer. La description suivant est tirée des manuels Pre-K et K-3 (soit maternelle-début d’élémentaire), qui ont une structure identique (bien sûr, les exemples d’événements, eux, diffèrent puisque les élèves de 3 ou 6 ans ont des capacités différentes). Cet exposé est volontairement restreint et on se reportera au Document dédié à chaque domaine pour plus de précisions.

Soutien émotionnel

Le Domaine soutien émotionnel comprend les quatre dimensions suivantes (plus d’informations à CLASS : Le Soutien émotionnel) :

  • Climat positif : la manière dont les enseignants et élèves se témoignent, dans la classe, de la complicité, du respect, et du plaisir de travailler ensemble.
  • Climat négatif : le niveau de relations négatives (hostilité, colère, agressivité) exprimées par l’enseignant et/ ou les élèves dans la classe.
  • Sensibilité de l’enseignant : l’attention et la prise en compte des besoins intellectuels et émotionnels des élèves par l’enseignant.
  • Considération du point de vue de l’élève : le niveau de prise en compte de l’intérêt, de la motivation, et du point de vue des élèves par l’enseignant.

Organisation de la classe

Le domaine Organisation de la classe comprend les trois dimensions suivantes (plus d’informations à CLASS : L’Organisation de la classe) :

  • Gestion des comportements : Comment l’enseignant contrôle, supervise et redirige le comportement des élèves.
  • Productivité : Comment la classe “tourne” dans le respect des routines établies, comment l’enseignant organise et dirige les activités de la classe en maximisant le temps imparti.
  • Modalités d’apprentissage : Comment l’enseignant facilite les activités des élèves et met à leur disposition du matériel intéressant, de manière à maximiser leur apprentissage.

Soutien à l’apprentissage

Le domaine Soutien à l’apprentissage comprend les trois dimensions suivantes (plus d’informations à CLASS : Le Soutien à l’apprentissage) :

  • Développement de concepts : Comment l’enseignant promeut le développement d’habiletés de haut niveau chez ses élèves (plutôt que l’apprentissage par cœur)
  • Qualité de la rétroaction : Comment l’enseignant répond aux idées, aux comportements de ses élèves pour leur assurer un meilleur apprentissage.
  • Modelage langagier : Comment l’enseignant facilite, étaye, et encourage le langage de ses élèves.

Pour résumer

La capacité de l’enseignant à favoriser ces trois types d’éléments (émotionnels, organisationnels, d’apprentissage) dans sa classe est primordiale. Pour résumer, un environnement propice à l’apprentissage et engageant les élèves :

  • est émotionnellement sûr et aidant ;
  • offre des expériences bien structurées et prédictibles ;
  • est riche et structuré du point de vue conceptuel et langagier.

Il y a un point important à comprendre : ces domaines ne sont pas étanches. Avoir une classe dont le climat émotionnel est de haute qualité influence par exemple l’organisation de la classe (moins de comportements inappropriés) et l’apprentissage (plus de sérénité pour comprendre les concepts étudiés) ; et le raisonnement montrant qu’une classe bien organisée contribue à l’établissement d’un climat positif et un meilleur soutien à l’apprentissage est aisé à faire.

Pour en savoir plus

Teachstone (2017). CLASS is like a house. Billet de blog Medium.