Une introduction au Classroom Assessment Scoring System

Information

  • Auteur : Philippe Dessus, LaRAC & Espé, Univ. Grenoble Alpes.
  • Date de création : Octobre 2015, mise à jour en Janvier 2018.
  • Date de modification : 16 octobre 2019.
  • Statut : Terminé.
  • Résumé : Ce document est une présentation générale du Classroom Assessment Scoring System de Robert Pianta et ses collègues.
  • Voir ensuite : Document Description du Classroom Assessment Scoring System.
  • Licence : Document placé sous licence Creative Commons : BY-NC-SA.
  • Note : Par souci de lisibilité, nous avons autant que possible utilisé le genre neutre. S’il arrive parfois que le masculin ait été utilisé, nous assurons le lecteur d’une part, que nous n’oublions pas que la majorité des enseignants du primaire sont en réalité des enseignantes et, d’autre part, que nous utiliserons l’écriture inclusive quand elle ne gênera pas la lecture, et donc la compréhension du lecteur.

Avertissement liminaire

Ce Document et les suivants ne permettent pas d’accéder à la certification officielle au CLASS. Ils permettent seulement de mieux comprendre certains points des relations enseignant-élèves, à des fins de formation. Leur ne peut remplacer une formation réalisée par un enseignant certifié, ainsi que la lecture approfondie du manuel du CLASS correspondant au niveau de la classe ciblée, notamment pour réaliser une cotation totalement fiable. En revanche, ce document peut donner des informations suffisantes pour une formation. C’est d’ailleurs son but premier.

Ces documents présentent des extraits de séances de cours, par endroits, à des fins d’illustration des dimensions du CLASS. Ces vidéos sont insérées dans le cours sans en faire partie : à la fois, leurs auteurs conservent l’intégralité de leurs droits et peuvent réclamer par courriel à l’auteur du cours qu’elles soient retirées de ce cours ; et l’auteur de ce document n’a aucun lien institutionnel avec les auteurs des vidéos.

Enfin, le contenu de ce cours reprend en grande partie des éléments du CLASS, Teachstone, qui garde l’entier droit de copie du contenu, ce cours ayant seulement pour but de diffuser des connaissances en français sur cet outil.

Information générale sur le CLASS

Le Classroom Assessment Scoring System (CLASS) est un système d’observation de classes fondé sur l’idée que les relations entre élèves et enseignant sont le fondement principal du développement et de l’apprentissage des élèves. Il permet d’évaluer la qualité de ces relations au travers de trois principaux domaines et une dizaine de dimensions, elles-mêmes observées au travers d’indicateurs comportementaux précis. Le CLASS est dérivé en différentes versions qui permettent son utilisation de la crèche au secondaire (des préconisations au niveau tuteur d’enseignants ont aussi été réalisées).

Le CLASS a été conçu et testé aux Etats-Unis au début des années 2000, à la fois à partir d’une recension exhaustive de la littérature sur le développement de l’enfant, et d’études longitudinales importantes du National Institute of Child Health and Human Development NICHD (suivi d’env. 900 enfants de la naissance à 54 mois, voir [NICHD, 2003]). Il est actuellement diffusé par une entreprise américaine : Teachstone, qui diffuse à la fois les outils et la formation qui y est liée. Robert C. Pianta, de l’université de Virginie, USA en est son principal auteur et initiateur.

Ce système d’observation part d’une double question très simple : 1/ Est-ce que ce que fait l’enseignant au quotidien dans sa classe influence-t-il l’apprentissage des élèves ? 2/ Et, si oui, comment mesurer cela objectivement ? La notion de “réalité de classe” est bien sûr un terme vague, et on ne peut bien sûr dire que le CLASS capture l’ensemble de ce qui se passe dans une classe (aucun système ne le permet). Mais le CLASS est une tentative pour présenter les principales dimensions et indicateurs de cette réalité sous une forme cohérente et qui a été, depuis sa conception testée dans de très nombreuses classes dans le monde.

Cette objectivation est d’autant plus importante qu’il est difficile d’y accéder, soit via les jugements des enseignants, soit ceux de leurs élèves, soit même à partir de l’observation directe des comportements de l’enseignant. Dire qu’un bon enseignant est un enseignant qui fait réussir ses élèves est certes juste, mais n’explique pas de quelle manière cette réussite peut être aidée.

Ainsi, le CLASS procure un moyen standardisé (c’est-à-dire, fondé sur une série d’indicateurs pouvant être appliqués à un grand ensemble de situations et sans trop de distorsions) d’évaluer de manière stable la qualité des interactions enseignant-élèves en lien avec la réussite scolaire. Il procure aussi des informations claires sur ce que seraient des performances d’enseignement efficaces. De plus, et ce n’est pas négligeable, il est fondé sur des indicateurs comportementaux (observables) directement reliés à des dimensions de l’activité scolaire qui ont été étudiés théoriquement.

Les différents niveaux scolaires décrits par le CLASS

Il existe à ce jour les éditions suivantes du CLASS. Certaines éditions sont traduites en espagnol. Une traduction française du CLASS (version Pre-K) est en cours.

  • Infant (bébé, en crèche),
  • Toddler (“trottineur”, 15-36 mois, en crèche),
  • Pre-K (3–5 ans, Cycle 1), traduite en espagnol, une version permettant d’observer individuellement les élèves de ces niveaux existe, l’inCLASS
  • K-3 (5-6 ans, Cycle 2),
  • Upper Elementary (Cycle 3),
  • Secondary, ou CLASS-S (Collège-Lycée).

Utilisations internationales du CLASS

Le CLASS est assez largement connu dans le domaine de la recherche en éducation au niveau mondial (notamment en petite enfance, puisque les premiers niveaux testés et publiés ont été les niveaux Pre-K et K-3). Le CLASS a fait l’objet de nombreux travaux, validations, utilisations dans des systèmes scolaires différents de celui des États-Unis, et notamment en Europe (Allemagne, Canada, France, Pays-Bas, Portugal, Chine, voir la section Les scores CLASS au niveau international).

Utilisations du CLASS en contexte francophone

Plusieurs validations dans des contextes scolaires francophones ont été faites [Cosnefroy et al., 2014] (France) ou [Bouchard et al., 2014] (Canada), et il a été utilisé dans plusieurs études : “Lire et écrire” de l’Ifé [Goigoux, 2015], et une étude sur la motivation des élèves en début de scolarité élémentaire [Cosnefroy et al., 2016]. Ces études francophones portent principalement sur le niveau primaire, bien que des applications à l’enseignement secondaire (CLASS-S) se mettent en place [Poulin & Lessard, 2016].

À quoi sert le CLASS ?

Le CLASS peut être utilisé à plusieurs fins (nous reviendrons sur ces points dans la section Considérations sur ce que mesure le CLASS) :

  • comme vocabulaire permettant de discuter de ce qui se passe dans une classe (p. ex., en formation d’enseignants, qu’ils soient débutants ou plus avancés).
  • comme outil de description de ce qui se passe dans une classe (i.e., dans une recherche à propos de la motivation des élèves [Cosnefroy et al., 2016], il peut être utile de vérifier si les interactions enseignant-élèves ont ou non un impact sur cette motivation),
  • comme outil d’évaluation de ce qui se passe dans une classe, pour déterminer les interactions efficaces de celles qui ne le sont pas (i.e., pour déterminer le niveau de qualité des interactions enseignant-élèves, à des fins diplômantes, d’inspection),

Il est important de noter les points suivants :

  • le CLASS n’est pas un outil de préparation de cours (même si certaines des prescriptions qu’il contient, notamment du point de vue organisationnel et conceptuel peuvent aider à la préparation)(voir Document Tutoriel – Créer un climat de classe favorable aux apprentissages pour des informations plus spécifiques sur ce point) ;
  • si certaines prescriptions du CLASS paraissent évidentes (i.e., il paraît de bon aloi de ne pas crier sur les élèves), c’est la considération de l’ensemble des 10 dimensions (ou plus, selon les niveaux) qui amène la caractérisation de la qualité du climat scolaire. Il est évident que cela amène à révéler des points faibles qui peuvent être travaillés en formation initiale ou continue des enseignants.
  • même s’il est fondé sur l’observation de comportements effectifs, le CLASS n’est pas un outil de comptage d’occurrences de comportements au niveau de la seconde ou de la minute, comme procèdent certains systèmes d’observation (voir [Dessus, 2007] pour une revue de la question). Son principe est de partir de l’observation de comportements pour en dériver un avis qualitatif, et plus global, sur la qualité d’une dimension particulière.

Principes généraux d’utilisation

Même si ce document n’est pas censé donner des informations précises sur le protocole d’observation du CLASS (notament, nous parlerons plus loin de ses domaines et dimensions), voici quelques éléments généraux décrivant son utilisation.

Des observateurs formés à l’utilisation de cet outil (en général, une session de formation d’env. 2 jours) suivent un ensemble de trois ou quatre séances de cours (selon les niveaux) et, à des moments déterminés, codent selon un protocole lui aussi déterminé la qualité d’un certain nombre de dimensions liées aux relations enseignant-élève. Il est à noter les points suivants :

  • le codage ne capture que certaines facettes, soigneusement sélectionnées, des événements d’enseignement-apprentissage. Par exemple, il est aveugle au type de matériel utilisé (e.g., ordinateurs, manuels), mais aussi aux approches didactiques. Il sera donc nécessaire, au besoin, de compléter le codage par d’autres observations sur les variables manquantes ;
  • le niveau de saisie des informations recueillies est plus global que micro (c’est-à-dire, ce n’est pas un outil qui comptabilise, seconde après seconde, des événements de classe et en réalise un comptage minutieux). C’est le niveau de qualité de chaque dimension qui est observé ; mais il est observé à partir de la fréquence d’occurrence, sur la plage concernée, d’indicateurs comportementaux nécessitant un minimum d’inférences ;
  • la cotation repose donc plus sur le comportement observé, sur des événements, que sur les impressions de l’observateur, mais en étant globalisé au niveau d’un bref épisode de classe (20 min).
  • la saisie des informations pendant l’observation peut se faire tout aussi bien en direct, par des observateurs placés en fond de classe n’intervenant pas, ou via vidéo.

Pour en savoir plus