CLASS : Le Soutien émotionnel

Information

Des expériences positives d’un point de vue émotionnel

Le fonctionnement émotionnel et social de l’élève au sein de sa classe est reconnu comme un indicateur important de réussite scolaire. Un élève motivé et en relation avec ses pairs dès les plus petites classes a plus de chances que d’autres de réussir ultérieurement, que ce soit d’un point de vue social ou même académique.

Des études sur l’auto-détermination montrent que les élèves sont plus motivés à apprendre dans des environnements où l’adulte les aide à se sentir compétents, positivement reliés aux autres et autonomes, mais également où les élèves savent pouvoir trouver de l’aide lorsque nécessaire. Les expériences suivantes sont génératrices d’une expérience émotionnelle satisfaisante, rassurante, sécurisante, et donc propice aux apprentissages (suivant la théorie de l’attachement) :

  • Des relations positives, enthousiastes, pleines de chaleur, avec les adultes et autres enfants.
  • Le désir d’apprendre.
  • Un engagement dans les activités d’apprentissage.
  • Ressentir du confort, être à l’aise.
  • Être prêt à relever des défis.
  • Avoir un niveau d’autonomie dans la classe lié à son âge.

Attachement et réussite scolaire

On a pu étudier la réussite d’élèves bénéficiant d’un attachement sécure dans les classes [Rimm-Kaufman & Hamre, 2010].

  • Ils vont faire plus d’attributions positives et auront plus d’attentes positives envers les autres ;
  • Ils feront plus confiance aux autres, et chercheront plus du soutien vers les autres.
  • Ils auront une estime de soi plus élevée.

De manière parallèle, et d’après les mêmes auteurs, les enseignants affichant un attachement positif envers leurs élèves auront plus tendance à attribuer un problème de comportement d’un élève à des causes temporaires (il est énervé ce matin) plutôt que permanentes (trait de personnalité : c’est un élève violent).

Liens entre Soutien émotionnel et réussite scolaire

Il est erroné de considérer les dimensions du Soutien émotionnel comme accessoires, participant seulement à ce qui pourrait être considéré comme l‘“ambiance” de la classe. Tout d’abord, parce que les élèves en difficulté pâtissent plus d’un manque de :index: soutien émotionnel que les autres. Ensuite parce que des recherches ont montré que, lorsque des dimensions comme le Climat positif étaient hautes, les élèves (de maternelle) avaient plus de comportement dans la tâche que dans le cas contraire (Pianta et al., 2002). Une vaste étude américaine sur 20 ans, impliquant plus de 700 élèves, a évalué l’impact des compétences socio-émotionnelles des élèves au niveau de la maternelle sur leur devenir [Jones et al., 2015]. Les résultats sont éloquents. Pour un enfant, et cela toutes choses égales par ailleurs, un point supplémentaire sur l’échelle de compétence socio-émotionnelle, :

  • augmente de 54 % ses chances d’avoir le baccalauréat ;
  • double ses chances d’avoir un diplôme universitaire ;
  • augmente de 46 % ses chances d’avoir un travail à temps plein à 25 ans.

En revanche, un point de moins sur cette échelle :

  • augmente de 89 % ses risques de recevoir des allocations pour chômage ;
  • augmente de 67 % ses risques d’avoir été arrêté à 25 ans ;
  • augmente de 82 % ses risques d’avoir consommé de la marijuana ;
  • augmente de 89 % ses risques d’être dépendant de l’alcool.

Un extrait à analyser

À titre d’illustration, visualiser les 18 premières secondes de la vidéo (http://youtu.be/cT9OySR_xPc, (c) 2012 Canopé, Académie de Caen) ci-dessous, qui montrent bien dans quel climat émotionnel ces élèves se trouvent.

Pour résumer, certains indicateurs de comportement de l’enseignante et de ses élèves montrent que le domaine “Soutien émotionnel” est de niveau assez haut. Il conviendra bien sûr d’affirmer (ou d’infirmer) ce jugement via une observation plus longue :

  • Climat positif : L’enseignante se place au niveau de ses élèves, entretien une proximité physique avec eux, les guide, les regarde. Elle est souriante et a une voix calme.
  • Climat négatif : Il y a une absence des indicateurs de climat négatif (irritabilité, agressivité, sarcasme, punition, élèves se disputant etc.).

Il est plus difficile d’évaluer, dans un intervalle de temps si faible, les autres dimensions, mais on peut noter des comportements de niveau satisfaisant dans deux autres dimensions :

  • Sensibilité de l’enseignant : l’enseignante dirige un élève qui ne sait pas où s’asseoir.
  • Considération du point de vue de l’élève : l’enseignante laisse une élève chercher et ramener les assiettes.

Passons maintenant à un descriptif plus précis des quatre dimensions de ce domaine.

Le détail des dimensions

Le détail descriptif des dimensions se trouve ci-après. Pour une version plus prescriptive de ces dimensions, se référer à Domaine Soutien émotionnel. La carte présentée dans les Informations du Document est essentielle.

Climat positif

La Dimension climat positif reflète le lien émotionnel entre l’enseignant et les élèves (et celui des élèves entre eux), ainsi que la chaleur, le respect, et le plaisir, communiqués dans les interactions verbales et non-verbales. Elle comporte quatre types d’indicateurs, dont la présence pourra être directement observée :

  • Les relations : il a présence d’activités partagées (enseignant-élèves, entre élèves), il y a une proximité physique` enseignant-élèves et élèves-élèves, les élèves s’entre-aident, il y a présence de réactions affectives ou sociales partagées (rires, sourires, regards), il y a présence de :index:`conversations sociales ;
  • L’affect positif : il y a des sourires, des rires, de l’enthousiasme qui sont échangés (enseignant-élèves, entre élèves) ;
  • La communication positive : il y a des signes d’affection verbale (enseignant-élèves, entre élèves), physique, des attentes positives ;
  • Le respect : il y a des contacts visuels (enseignant-élèves, entre élèves), de la chaleur, des voix calmes, un langage respectueux et poli (présence de “s’il te plaît”, merci, etc.), de la coopération et/ou partage.

Climat négatif

La Dimension climat négatif reflète le niveau de négativité (irritation, colère, agressivité) exprimé dans la classe. Elle ne consiste pas seulement en l’absence d’indicateurs de climat positif, mais bien des indicateurs négatifs : les deux peuvent donc tout à fait apparaître dans la même séance. Cette dimension comporte quatre types d’indicateurs (il faut noter que son échelle est inversée) :

  • Affect négatif : l’enseignant ou les élèves sont irritables, en colère, avec un ton de voix rude. Il y a des épisodes d’agression entre élèves ;
  • Contrôle punitif : il y a des cris, des menaces, un contrôle physique et/ou des punitions sévères ;
  • Sarcasme/irrespect : le ton de l’enseignant est sarcastique, moqueur, il a des paroles ou un comportement humiliant ;
  • Négativité sévère : un ou des élèves sont victimisé(s), l’enseignant intimide des élèves, les punit physiquement. (il faut noter qu’un seul comportement relevé de cet indicateur met la dimension au maximum, soit 6-7).

Sensibilité de l’enseignant

Un enseignant à haut niveau de sensibilité est attentif aux besoins émotionnels et académiques des élèves et à y répondre. Un haut niveau de sensibilité correspond à un soutien efficace des enfants dans leur apprentissage, en leur offrant réconfort et encouragement. Ce n’est pas simplement “être gentil”, mais montrer une réceptivité et réactivité aux besoins des élèves (qu’ils soient émotionnels ou académiques, c’est-à-dire reliés à l’apprentissage), pris individuellement. La sensibilité se repère notamment aux réactions de l’enseignant quand un élève demande de l’aide, paraît perdu dans son travail. Cette dimension comporte quatre types d’indicateurs :

  • Conscience/vigilance: l’enseignant anticipe les problèmes des élèves, planifie en fonction de ces problèmes. Il est attentif aux marques de compréhension ou de difficulté de ses élèves ;
  • Réceptivité : l’enseignant reconnaît les émotions exprimées par les élèves, offre du réconfort, de l’assistance, fournit un soutien individualisé ;
  • Réponse aux problèmes : l’enseignant apporte de l’aide de manière efficace et opportune, il aide à résoudre les problèmes auxquels sont confrontés ses élèves.
  • Confort des élèves : Les élèves recherchent spontanément réconfort et soutien de la part de l’enseignant, ils participent librement aux activités, ils peuvent prendre des risques (pas des risques physiques, mais intellectuels).

Considération du point de vue de l’élève

Un enseignant qui considère le point de vue de l’élève montre dans quelle mesure les interactions enseignant-élèves et les activités de la classe sont centrées sur leurs intérêts, leur motivation, leur point de vue, tout en encourageant leur autonomie et responsabilité. Quatre types d’indicateurs peuvent être relevés dans cette dimension :

  • Souplesse et attention centrée sur l’enfant : l’enseignant montre de la flexibilité dans son action, et dans les activités qu’il propose ; il intègre les idées des élèves à son action, suit leur initiative ;
  • Soutien à l’autonomie et au leadership : l’enseignant offre des choix aux élèves, leur permet de mener des activités, leur donne des responsabilités ;
  • Expression des élèves : l’enseignant encourage les discussions avec les élèves, suscite les idées et/ou les points de vue ;
  • Restriction de mouvement : l’enseignant permet (dans une certaine mesure) le mouvement dans sa classe, il n’est pas rigide.