Tutoriel – Créer un climat de classe favorable aux apprentissages

Information

  • Auteur : Philippe Dessus, LaRAC & Espé, Univ. Grenoble Alpes, et surtout le Guide des dimensions du CLASS [Teachstone, 2011].
  • Date de création : Juin 2015.
  • Date de modification : 16 octobre 2019.
  • Statut : Terminé.
  • Résumé : Ce Document exprime quelques conseils pratiques aux enseignants, dérivés du CLASS, pour entretenir un climat de classe favorable aux apprentissage. Il peut être aussi utile aux observateurs d’en prendre connaissance car c’est une autre manière, prescriptive, de formuler les dimensions du CLASS.
  • Voir aussi : Il est conseillé au préalable de lire le Document Description du Classroom Assessment Scoring System.
  • Licence : Document placé sous licence Creative Commons : BY-NC-SA.

Introduction

Ce document, largement inspiré du Guide des dimensions du CLASS [Teachstone, 2011], reformule les principaux indicateurs du CLASS de manière plus prescriptive, mais aussi réflexive. Il permet donc à chaque enseignant de situer ses pratiques et progresser. Chaque item est constitué de listes, permettant de cerner rapidement les comportements pouvant être mis en œuvre pour qu’une dimension comprenne des interactions de qualité. Ne pas hésiter à référer à nouveau au Document décrivant chaque domaine.

Domaine Soutien émotionnel

Pour plus d’informations lire le Document CLASS : Le Soutien émotionnel.

Comment créer un climat positif ?

  • Partager des moments amusants et détendus avec les élèves. Prendre le temps d’interagir avec les élèves.
  • Démontrer de l’enthousiasme dans son travail, montrer que passer du temps en leur compagnie est appréciable.
  • Émettre des commentaires positifs et chaleureux aux paroles et actions des élèves.
  • Engager des conversations avec les élèves sur des sujets qui sont importants pour eux. Utiliser un langage poli, des formules de politesse.
  • Faciliter les interactions positives entre les élèves. Leur montrer l’importance de s’entraider, de partager, d’être respectueux les uns les autres. Se montrer comme modèle de ces interactions.

Comment réduire le climat négatif ?

Comme déjà annoncé dans le Document CLASS : Le Soutien émotionnel, certains items de cette liste peuvent être redondants avec les précédents ; CLASS est conçu pour montrer que certains items de la dimension Climat négatif peuvent cohabiter dans un climat globalement positif (et vice versa). Les deux dimensions sont donc évaluées séparément.

  • Développe des relations chaleureuses avec chaque élève de la classe, pour qu’il se sente en sécurité, et donc moins à même d’avoir des comportements inappropriés.
  • Réfléchir aux moments et raisons de l’installation d’événements négatifs dans sa classe. Se fixer une stratégie pour la diminuer.
  • Partager des moments individuels avec les élèves au comportement difficile. Certains élèves ont besoin de davantage de soutien et d’attention pour développer un climat positif de confiance. Trouver des moments où passer du temps avec l’un de ces élèves, individuellement, en partageant des activités qu’il apprécie. Cela lui permettra d’accorder progressivement sa confiance à l’enseignant.
  • Offrir un soutien aux élèves ayant des émotions négatives importantes en favorisant leur auto-régulation. Dans le cas d’un élève ayant un comportement négatif important, intervenir calmement, et reprendre l’événement avec lui en lui proposant d’autres comportements possibles. Lui dire qu’il peut venir voir l’enseignant quand il se sent en colère, ou se retirer lui-même du groupe pour retrouver son calme.
  • Mettre en place des stratégies positives et proactives de gestion des comportements. Être pro-actif en anticipant les comportements négatifs des élèves.

Améliorer sa sensibilité à l’égard des besoins des élèves

  • Cherche à comprendre les manières d’apprendre et les habiletés sociales de chaque élève, et individualiser ses interventions en fonction d’elles. Adapter les activités proposées à chacun, dans la mesure du possible.
  • Prendre le temps d’observer ce que les élèves font en classe. Observer la participation de chaque élève au cours de la journée. Vérifier la bonne compréhension des tâches de chacun. Repérer les élèves qui paraissent ne pas comprendre, ou ne pas s’engager dans l’activité. Être à leur écoute.
  • épondre le plus vite possible aux besoins émotionnels et d’apprentissage des élèves. Suivre constamment comment les élèves accomplissent leur tâches. Évaluer si la tâche paraît trop facile ou trop difficile, et adapter l’activité au besoin. Fournir aux élèves un soutien approprié au besoin.
  • Décoder (dans la mesure du possible car c’est très difficile) et répondre au langage non-verbal des élèves. Les élèves (notamment les plus jeunes) n’expriment pas toujours verbalement ce qu’ils pensent ou ressentent. Être attentif à chacun, notamment quand il peut indiquer, verbalement ou non, une préoccupation d’ordre émotionnel ou d’apprentissage. Lui fournir du réconfort au besoin.
  • Écouter et répondre aux élèves. Essayer de ne pas être submergé par les demandes des élèves, et de répondre le mieux possible à leurs sollicitations, ou leur montrer qu’on les a entendus et qu’on leur répondra plus tard.
  • Encourager les élèves à percevoir l’enseignant comme une source de réconfort et de soutien. Certains élèves savent demander de l’aide aux adultes. D’autres ont besoin qu’on le leur apprenne. Poser des questions du type “Je peux t’aider si tu trouves cela difficile”, ils apprennent ainsi à percevoir l’enseignant comme une source de soutien.

Considérer le point de vue des élèves

  • Chercher à reconnaître, écouter et soutenir les idées, points de vue, et participation des élèves. Leur poser des questions qui permettent de développer et préciser leurs idées. Les écouter attentivement. Leur permettre de prendre la parole et de contribuer significativement aux activités proposées.
  • Faire preuve de flexibilité et suivre les idées des élèves. Même si l’on doit respecter un horaire précis, essayer autant que possible d’être souple, et suivre les propositions des élèves. Cela leur permettra un meilleur engagement.
  • Donner du choix aux élèves. Essayer d’offrir des choix au cours de la journée (ce qu’ils voudraient faire, apprendre, etc.).
  • Prévois du temps pour des apprentissages ou activités initiés par les élèves. Notamment pendant les ateliers, laisser les élèves choisir où et à quoi ils veulent jouer. Les observer dans l’action. Profiter de ces moments pour insérer des activités d’apprentissage à partir des habiletés observées.
  • Attribuer des responsabilités aux élèves. Leur attribuer des responsabilités dans des tâches dont le niveau d’implication pourra augmenter au cours de l’année. Ne pas trop superviser les tâches, mais rendre les élèves responsables.
  • Encourager les élèves à jouer un rôle de mentor pour d’autres. Rechercher les occasions où un élève qui sait peut guider un élève qui ne sait pas. Il est important de superviser de telles interactions, pour ajuster le rapport entre guidage et autonomie.
  • Allouer aux élèves une liberté de mouvement raisonnable. Certains élèves ont des difficultés à rester assis pendant longtemps. Au cours de la journée, prendre des moments où les élèves peuvent être plus actifs. Pendant les activités, leur permettre un espace de mouvement raisonnable, tant qu’ils ne gênent pas les autres.

Domaine Organisation de la classe

Pour plus d’informations, lire le Document CLASS : L’Organisation de la classe.

Instaurer une gestion de comportements efficace

  • Être pro-actif. Intervenir avant que les situations ne deviennent trop difficiles et aider les élèves à résoudre leurs problèmes. Anticiper les moments où un comportement inapproprié` peut survenir (comme lors des changements d’activité) en proposant des alternatives aux élèves (“rangez et venez nous rejoindre”).
  • Superviser et rediriger les comportements des élèves. Être à l’affût d’indices tels que des comportements non-verbaux pouvant indiquer que des élèves sont en train d’adopter des comportements dérangeants, ou deviennent inattentifs. Essayer de rediriger ces comportements avant qu’ils se déteriorent et gênent d’autres élèves. Cela peut se faire par un contact visuel, un geste, un rapprochement de l’élève, l’utilisation de son prénom. Mettre en place des routines qui recentrent rapidement la classe lorsqu’elle devient trop bruyante ou inattentive (taper dans les mains, baisser le ton, chanter une chanson, etc.).
  • Énoncer clairement ses attentes quant aux comportements. Faire en sorte que les consignes soient faciles à comprendre, les répéter régulièrement. Expliquer clairement le comportement attendu au lieu d’être vague : “mets tes mains sur les genoux et regarde par ici” au lieu de “arrête ça”.
  • Être constant dans l’application des conséquences et promouvoir les élèves respectant les consignes. Intervenir auprès d’un élève ayant eu un comportement inapproprié` le plus rapidement possible, de manière prévisible et constante. Être cohérent, e.g., en n’interrogeant que les élèves ayant la main levée.
  • Souligner explicitement les comportements appropriés. Encourager les comportements appropriés en les décrivant précisément. Plutôt que de dire : “Vous travaillez bien aujourd’hui”, dire “J’apprécie vraiment la façon dont vous travaillez ensemble aujourd’hui, vous avez travaillé sans vous disputer et avez bien rangé les blocs”.
  • Encourager les élèves à résoudre leurs conflits. Montrer aux élèves comment résoudre leurs conflits de manière à ce qu’ils le fassent ensuite, avec un soutien minimal de la part de l’enseignant.

Avoir une classe productive

  • Offrir des activités d’apprentissage de manière constante. Essayer de trouver autant de temps que possible consacrés à l’apprentissage dans la journée. Concevoir des activités supplémentaires pour les élèves terminant en premier. Créer des consignes claires et simples pour que les élèves sachent aisément quoi faire.
  • Être organisé et efficace. Préparer ses activités et leur matériel, de manière à ce qu’il soit rapidement accessible au besoin. Réfléchir à un programme horaire sur la journée, communiqué aux élèves.
  • Réduire au minimum les interruptions pendant les activités d’apprentissage. Éviter les distractions le plus possible en veillant à ce que les élèves restent concentrés sur l’activité en cours, à l’aide de redirections. Être pro-actif en réfléchissant à la manière de ramener leur attention si elle cesse.
  • Réduire au minimum le temps dévolu aux tâches d’organisation. Les tâches d’organisation (administratives, etc.) sont réduites au minimum, ou se font quand les élèves sont occupés à une activité autonome.
  • Profiter au maximum des moments de transition. Instaurer des routines intéressantes, revenant régulièrement, pour faciliter le passage d’une activité à l’autre, en essayant d’y intégrer des moments d’apprentissage (e.g., faire revenir les élèves à une activité en grand groupe en appelant successivement les élèves par la première lettre de leur prénom, etc.).

Offrir des modalités d’apprentissage efficaces

  • Utiliser du matériel approprié et accessible. Utiliser du matériel attractif, pertinent, et adapté à l’âge des élèves. Le rendre accessible aux élèves, que ce soit individuellement ou collectivement.
  • Impliquer activement les élèves. Organiser des activités où les élèves sont actifs, préparer des questions qui peuvent les amener à participer plus activement en groupe (e.g., chanson, réponse collective). Leur allouer des tâches collectives simples (distribution de matériel, tournage de pages, explications, etc.).
  • Présenter les informations selon des modalités variées. Organiser les activités de manière à ce que le matériel présenté soit attractif, et selon des modalités variées (voir, écouter, toucher). Prévoir des moments où les élèves pourront bouger (e.g., faire des gestes).
  • S’impliquer dans les activités pour un engagement des élèves optimal. Les élèves apprennent mieux quand leurs jeux et apprentissages sont facilités par un adulte (notamment dans les ateliers). S’installer avec un sous-groupe d’élèves en atelier et leur poser des questions sur ce qu’ils sont en train de faire, et comment ils s’y prennent. Cela les engagera plus longtemps.
  • Partage l’intérêt et l’enthousiasme des élèves. Démontrer son plaisir et enthousiasme à être avec les élèves et dans les activités.
  • Poser de nombreuses questions qui maintiennent l’attention des élèves sur ce qu’ils sont en train de faire, ce qui les maintient plus engagés.
  • Établir clairement l’objectif d’apprentissage d’une activité, lorsque c’est approprié. Expliquer pourquoi on réalise telle ou telle activité permet aux élèves de diriger leur attention sur les objets d’apprentissage.

Domaine Soutien à l’apprentissage

Pour plus d’informations lire le Document CLASS : Le Soutien à l’apprentissage.

Soutenir le développement de concepts

  • Mettre l’accent sur la compréhension:index: des concepts. Amener les élèves à réfléchir au “pourquoi” et au “comment” des choses. Les orienter sur le processus de recherche de solutions plutôt que de leur livrer la bonne réponse. Leur poser des questions ouvertes.
  • Encourager l’utilisation d’habiletés d’analyse et de raisonnement. Les amener à classer, comparer, opposer les concepts, à résoudre des problèmes. Leur poser des questions qui incitent à la réflexion.
  • Valoriser l’exploration des concepts. Demander aux élèves de prédire, d’expérimenter, de trouver des idées afin d’explorer les concepts et apprendre. Encourager les élèves à trouver d’autres réponses possibles si l’un d’entre eux en trouve une.
  • Lier les concepts d’une activité à une autre. Essayer de mettre en évidence les liens entre les différents concepts présents dans les activités, pour que les élèves les comprennent et puissent les transférer à d’autres situations.
  • Appliquer les concepts à la réalité quotidienne. Quand l’enseignant explique un concept, il donne des exemples liés à la vie des élèves et les incite à en trouver de nouveaux.
  • Prendre le temps de planifier le développement de concepts. Quand l’enseignant prépare sa semaine de classe, il essaie d’intégrer des concepts à appréhender dans les différentes activités. Réfléchir à des questions ou des activités qui encourageront les élèves à mieux les comprendre, à réfléchir.
  • Encourager la créativité des élèves, en les incitant à explorer des matériels riches et à s’en servir de différentes façons. Les aider dans leur démarche créative.

Améliorer la qualité des rétroactions données aux élèves

  • Se concentrer sur le processus d’apprentissage. Quand un élève répond correctement à une question, poser des questions de suivi du type “comment sais-tu cela ?”.
  • Etayer l’apprentissage. Si un élève éprouve des difficultés à comprendre un concept, lui donner des indices plutôt que de lui donner la réponse directement. On peut aussi simplifier les questions en étant plus concret.
  • Fournir de l’information spécifique sur les raisons pour lesquelles les réponses sont justes ou erronées. Plutôt que de dire “bon travail !” “tu travailles bien !”, donner aux élèves de l’information spécifique, expliquant pourquoi le travail est correct ou non. Cela informera de plus les autres élèves.
  • S’engager dans des échanges de type “aller-retour”. S’engager dans des séries de questions, dites de suivi, pour aller vers une compréhension plus approfondie. Poursuivre ce type d’échanges “aller-retour” jusqu’à s’assurer que tous les élèves ont compris.
  • Donner beaucoup de rétroactions spécifiques. Être à l’affût pour donner des rétroactions, des suggestions, aux élèves, en se promenant dans la classe pendant les activités. Prendre du temps d’écouter les élèves et leur répondre.
  • Encourager les élèves à persévérer dans leur travail. Reconnaître et féliciter les efforts des élèves. Les encourager à persévérer dans leur réflexion, dans leur travail.

J’améliore le modelage langagier dans ma classe

  • Poser des questions ouvertes. Des questions du type “Que penses-tu de cela ?” ou “Comment sais-tu cela ?” amènent les élèves à produire de nouvelles idées, trouver des explications à propos de questions qui n’amènent pas de réponse par simple oui/non.
  • Converser avec le élèves, que ce soit individuellement, en petits ou grands groupes. Des conversations peuvent avoir lieu tout au long de la journée, pendant toutes les activités. Écouter ce qu’ils ont à dire et répondre de manière à ce qu’ils sentent l’intérêt de l’enseignant à ce qu’ils ont dit. Poser des questions de suivi pour encourager la discussion et les inciter à contribuer à la conversation.
  • Soutienir les situations où le langage est initié par les élèves. Encourager les élèves à s’exprimer en leur offrant des occasions de partager leurs réflexions et idées. Leur proposer des sujets de conversation significatifs et intéressants.
  • Effectuer de la répétition et de l’extension de conversation. Élaborer sur ce qu’expriment les élèves, leur offrir un modèle et une syntaxe appropriée. Reformuler les phrases syntaxiquement inadéquates.
  • Utiliser le self-talk et le parallel-talk en décrivant à haute voix, respectivement, ses actions et celles des élèves. Cela leur permet de mettre des mots sur des actions et développe leur langage.
  • Utilise un vocabulaire élaboré. Ne pas hésiter à avoir un niveau de langage riche, permettant aux élèves de s’approprier des mots nouveaux, dans des contextes simples, liés à leur vie quotidienne.
  • Encourager les conversations entre élèves. Leur offrir l’occasion d’interagir avec leurs pairs, en leur donnant un modèle langagier. Les encourager à se raconter des anecdotes, à discuter. Les moments de goûter ou repas sont des moments appropriés à cela.